Non, ce n’est pas le nouveau surnom que j’ai décidé de me donner via ce blog… La gourdasse magique, c’est un objet tellement génial que je ne comprends pas comment j’ai pu partir une année complète en tour du monde sans lui !

Principe : Une gourdasse, munie d’un filtre magique qui élimine 99,999999% des bactéries qu’on n’a pas trop envie d’accueillir dans son estomac (e-coli, salmonelle, giardiase, …).
Imaginé à la base pour des problématiques d’accès à l’eau potable et utilisé par de nombreuses ONG, ce genre de produit est décliné par plusieurs marques et sous plusieurs formes : paille simple pour boire à même la source, gourde de rando ou réservoir pour des quantités plus importantes.

Bonus : Tu peux remplir ta gourdasse d’eau du robinet, voire même d’eau d’une flaque ou d’une mare, si tu es aventurier(e), et boire le contenu filtré par la paille géante qui se visse directement sur le contenant.

Investissement : 50€ chez Décathlon pour une gourde filtrante Lifestraw GO de 650 mL.

Valeur ajoutée : De l’eau gratuite presque partout, pas de micropur saveur javel dans nos estomacs déjà fragilisés par les voyages et pour ceux qui ont l’âme écolo comme moi, un gain énorme en termes de non-production de déchet. Et ça c’est vraiment chouette, surtout dans un pays où les animaux des rues se nourrissent de plastique…

Rentabilité : +++. Testée et approuvée sur 18 jours en Inde, où des points de « drinking water » plus ou moins douteux sont à disposition très régulièrement. Sans cette gourde, je n’aurais pas eu l’audace de m’y risquer mais là, je n’ai fonctionné que comme ça et avec de l’eau du robinet et je n’ai pas chopé la moindre tourista. Incredible (india), mais vrai !
La capacité est de 1000 litres, autant dire qu’on a le temps de voir venir. Et quand on a utilisé tout le potentiel de filtration de la paille, pas d’inquiétude : le filtre se bloque automatiquement.

 

L’autre aspect sympa de la marque LifeStraw, c’est leur programme Follow the Liters : l’entreprise s’engage à utiliser une partie de ses bénéfices pour équiper en filtres des populations de pays en voie de développement qui n’ont pas accès à l’eau potable. Y’a sans doute une partie de green washing derrière ce généreux mécénat, mais qu’importe, on a l’impression de bien dépenser ses deniers.

Attention tout de même :
– Le filtre de ce modèle de gourdasse (LifeStraw GO), si magique soit-il, ne barre pas la route aux virus, qui sont plus petits que les bactéries et qui passent donc entre les mailles du filet. On n’est donc pas dispensé des vaccins antiviraux type hépatites A et B. En revanche, on est bel et bien protégé contre les maladies d’origines bactériologiques (fièvre typhoïde notamment) et on peut faire l’économie du vaccin.
– Les métaux lourds ne sont pas non plus filtrés. Éviter donc de boire à proximité d’une mine et / ou en cas de séjour prolongé dans certains pays où l’eau du robinet en est chargée (en Inde par exemple), alterner avec de l’eau en bouteille. Pour les séjours de quelques semaines, l’exposition n’est pas suffisante pour une contamination, dixit un toubib avec qui j’en ai discuté en Inde.

Infos : http://lifestraw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *