Aujourd’hui, je vous propose de parler glamour et paillettes autour d’un sujet sulfureux : les petits soucis intestinaux rencontrés en voyage. La discussion peut sembler triviale, mais quiconque a déjà un peu voyagé en sac-à-dos sait pourtant qu’on l’aborde très rapidement dès les premières rencontres.
« Et sinon, toi, ton transit, ça dit quoi ? 
M’en parle pas, j’ai passé les 3 derniers jours cloué sur les WC » est en effet une conversation très banale entre deux individus faisant connaissance dans une auberge de jeunesse.

La bien nommée Tourista, vilaine responsable de nos cacas mous vacanciers, est une affection relativement bénigne due à un changement d’habitudes alimentaires ou d’environnement et donc, de notre flore intestinale. C’est-à-dire de toutes les pitites bactéries qui habitent dans notre ventre. L’Organisation Mondiale de la Santé nous dit que la Tourista empoisonne la vie de 15 à 90% de voyageurs (et on les remercie grandement pour la précision de cette donnée !)

Soi-disant impossible à éviter, on soigne souvent ses gargouillantes conséquences à grands coups d’Immodium, un médicament qui a le pouvoir de transformer de la soupe en caillou, aux effets secondaires pas très cool (parmi la liste non exhaustive, j’ai eu la joie de connaître la sensation de bouche sèche, les irruptions cutanées ou, plus facétieux, les yeux qui se mettent spontanément à révulser…).

Pendant mon année de tour du monde, j’ai eu la chance de ne connaître que peu de désagréments, mon organisme s’étant un peu bétonné. En revanche, après 3 ans de vie « normale », il a retrouvé ses habitudes de pacha. Aussi, durant la préparation de mon voyage en Inde, je me suis penchée sur la question suivante : comment faire pour éviter de passer 4 jours à chercher les toilettes les plus proches (souvent dans un état d’hygiène contestable) ou à rester clouée à l’hôtel, sachant que 4 jours sur 15, c’est beaucoup ?

J’ai lu pas mal de conseils sur d’autres blogs, que j’ai appliqué en faisant mes propres expériences et croyez-le ou non : j’ai réussi à passer à travers les gouttes de la Tourista durant tout mon séjour indien, et ce en n’utilisant que du 100 % naturel !
Comme je suis une nana sympa, j’ai décidé de vous donner mon secret, à propager largement pour une planète entière de voyageuses et voyageurs biens dans leurs pantalons.

« -ensemencer sa flore intestinale », ça vous parle ?
Sous cette expression poétique et champêtre, se cache ce vrai bon plan que j’ai le plaisir de vous partager : les probiotiques.
Etymologiquement, pro = pour et bio = vie. Le décors est planté, exit l’Immodium chimique dégueux qui te défonce les entrailles.

Principe : Des milliards de pitites bactéries encapsulées, qui agissent comme de véritables haltères pour notre système digestif, afin de le renforcer et le préparer à affronter tout ce qu’on lui fera avaler pendant notre voyage. Plus largement, les probiotiques contribuent à une meilleure digestion des aliments, à lutter contre la prolifération des bactéria non grata et surtout, à renforcer notre système immunitaire global. Plutôt cool, non ?

Posologie : 5 milliards de bactéries lactiques (ou lactobacilles), à prendre une fois par jour pendant un repas, une semaine avant de partir et à continuer une fois sur place. La quantité peut paraître énorme mais aussi décevant que cela puisse être, ces 5 milliards de bactéries tiennent dans une petite gélule.
Il existe des boites de 40 comprimés qui feront l’affaire pour les courts séjours. Si vous partez sur un voyage de longue durée, votre organisme s’habituera de lui-même au fur et à mesure, boosté par l’effet de cette cure.
A noter que la posologie peut être augmentée en cas de crise.

Points de vente : On en trouve en pharmacie, para-pharmacie, magasin bio ou rayon de compléments alimentaires au supermarché… Bref, pas d’excuse !
Pour ma part, j’ai utilisé la marque Ferzym, qui propose des produits bio, encapsulés dans de la fibre végétale bio également.

Testé et approuvé après 18 jours en Inde où je n’ai pas connu le moindre souci (Big Up également à ma gourdasse magique).

Et vous, avez-vous des secrets ou des bons plans naturels pour que nos voyages se passent sous d’heureux auspices ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *