J’ai pour habitude dans mes articles d’incorporer les bons plans resto au corps du récit. Mais à Venise, il y avait trop de choses à dire ! Mes papilles étaient tellement en joie durant ces 5 jours que je déroge à ma propre règle pour ce chapitre 100 % foodies. J’espère qu’il vous donnera autant l’eau à la bouche en le lisant que je salive en l’écrivant.

S’il est une culture dans le monde qui rejoint notre côté épicurien, je pense vraiment que c’est l’Italie. Ils partagent ce même amour de la bonne chère et je dois confesser que leur gastronomie est l’un de mes plus grands péchés gourmands. Je suis assez fan des cuisines du monde (et de la bonne bouffe en général), mais quand il s’agit de l’Italie, on accède à un palier supérieur qui peut carrément faire pencher la balance au moment de choisir une destination de voyage. 

Voici un minestrone de mes plus beaux souvenirs culinaires du séjour.

CICCHETTI, MON AMOUR !

Au déjeuner, à l’heure de l’apéro et / ou pour une pause salée à tout moment de la journée, les cicchetti (prononcer « tchiketi ») sont à eux seuls une raison suffisante pour partir à Venise ! On trouve ces petites bouchées gourmandes, version tapas locaux, un peu partout en Italie mais c’est vraiment dans la cité des Doges qu’elles sont les plus célèbres.
On les déguste le plus souvent debout au comptoir, après avoir fait son choix (difficile !!) parmi la grande variété proposée. Ils sont servis plus particulièrement dans les enoteca, les bars à vins terroir, mais aussi parfois dans les osteria e trattoria, les restaurants orientés bistronomie.
Autre point positif des cicchetti : leur prix riquiqui, souvent 1 ou 2€ par bouchée. On se restaure facilement pour 10€ par personne, boisson comprise.

Sur le podium de mes préférés :
♥ Les arancini arrivent haut la main en première place dans mon estomac. Je me suis gavée de ces boulettes de riz à la tomate pannées, au cœur fondant de mozzarella
♥ Les polpette, autres petites boules, de viande, poisson ou légumes, panées également
♥ Les mille et une sortes de crostini, les mini-tartines grillées au parmesan, à la viande séchée, aux rillettes de sardines, à la tapenade…
Un bonheur !

Top 3 des adresses qui resteront gravées dans ma mémoire gustative :

  • Enoteca do Colonne – 1814/C Rio Terà del Cristo. Quartier Cannaregio
    Super choix, ambiance boisée et chaleureuse, bons vins sur place et possibilité d’opter pour des plats sur assiette si l’on préfère
  • Cicchetteria Bacoro Risorto – Campo San Provolo. Quartier Castello
    A deux pas de la place San Marco, voici un minuscule endroit où l’expression manger au coude à coude prend tout son sens ! Ambiance festive bien chouette. Très beau choix de cicchetti et de bières artisanales locales
  • Magna Bevi Tasi – Campo San Filippo e Giacomo. Quartier Castello
    Proche de la place San Marco également. A visiter, ne serait-ce que pour la variété incroyable de crostini. Compter 1h sur place, rien que pour choisir !

Pour varier les plaisirs des repas sur le pouce, ne pas faire l’impasse sur les pizze al taglio, des gigantesques pizzas à la coupe. Une seule part suffit à faire un repas complet, en couvrant tous nos apports journaliers recommandés.
Notre trouvaille :

  • Pizza Al Volo – Campo San Margherita (un nom d’adresse bien adapté !). Quartier Dorsoduro
    Minuscule salle, où l’on commande et mange directement au comptoir, ou bien sur un des bancs publics à l’extérieur. Confectionnées à la minute par un pizzaiolo passionné et vendues instantanément, les pizzas sont délicieusement fondantes et vraiment pas chères (2€ la part).

A l’heure du goût-thé

On ne compte pas ses pas, lors d’un séjour ici. Aussi, c’est bien agréable de s’arrêter de temps en temps pour se revigorer autour d’une boisson chaude ou d’une gourmandise, surtout quand il fait frisquet !
Deux adresses dans ce sens, testées et approuvées :

  • Café Noir – 3805 Calle Crosera. Quartier Dorsoduro
    Un café chaleureux, bon enfant et bonne ambiance, idéal pour se réconforter après une promenade sous la pluie. Les prix défient toute concurrence avec un pur expresso italien à 0,90€ et un délicieux cappuccino surmonté de 10cm de mousse de lait pour 1,50€.
    Si l’envie est davantage à l’apéro, les Apérol-Spritz sont à 2,50€. D’ailleurs, l’endroit est bondé le soir. Petite restauration sur place dans les mêmes ordres de prix.
  • Pasticceria Rosa Salva – 6779 Campo San Giovanni e Paolo. Quartier Castello
    On peut y venir les yeux fermés rien que pour leur chocolat chaud. Je crois ne jamais avoir rien bu d’aussi onctueux de toute ma vie, une vraie Danette tiède ! Grand choix de pâtisseries et de petits gâteaux italiens.

Diner aux chandelles, façon Belle et le Clochard

En plus d’être franchement deliciosa, la gastronomie italienne est une pure invitation au romantisme et à la dolce vita en amoureux. La cuisine vénitienne s’est enrichie au fil des siècles des différentes cultures qui ont traversé la cité. On y retrouve des épices peu communes dans le reste de l’Italie et des plats à l’image de la Sérénissime : aussi bien tournés vers la mer que vers les terres.

Le repas italien n’est pas construit comme le nôtre et l’on peut être surpris de l’enchainement des primi et secondi piatti. Le premier faisant la part belle aux pâtes et risotto, on se demande comment on va pouvoir continuer sur le suivant, souvent un poisson ou une viande. Pas de panique, les portions sont mesurées pour (enfin, en général !) et le secondo piatto n’est pas accompagné de garniture.
Les prix sont calculés en fonction et les additions ne dépassent pas forcément ce qu’on peut dépenser pour un bon resto à Paris. On trouve beaucoup de menus touristiques à des tarifs très attractifs, mais attention car certains endroits sont de vraies arnaques.
Nos deux bonnes pioches du séjour :

  • Trattoria Alla Palazzina  – 1510 Rio Terà San Leonardo. Quartier Cannaregio
    Une auberge à la cuisine gourmande et vraiment pas chère. Menu touristique à 14€ avec des plats à choisir dans une sélection de primi et secondi. Gnocchi de patates fondantes à souhait et délicieuse seiche cuisinée dans son encre, spécialité de Venise.
  • Osteria La Lanterna da Gas – 24 Campiello Mosca. Quartier Santa Croce
    Prix du jury PushUp & Sac à Dos, catégorie resto romantique, aussi bien pour l’ambiance, le service ou les plats : des spaghetti à l’encre de seiche parfaitement dosées, des gnocchi al mare à se damner, un service aux petits soins et la liqueur de pistache offerte en fin de repas.

Coup de cœur Bar 

TiME Social Bar – 1414 Rio Terà Farsetti. Quartier Cannaregio
Un vrai repaire de la prohibition, cet endroit ! On y entre sans trop savoir où on met les pieds, juste pour boire un dernier verre avant de rentrer. Et on se laisse surprendre par une carte de cocktails particulièrement travaillés, avec deux vrais mixologues derrière le comptoir. Quasiment tous les alcools sont du pays (un Whisky italien, c’est vraiment pas banal) et les produits sont super qualitatifs.
On se laisse tenter par l’Italian Mary, une version revisitée du classique Bloody Mary. Le pesto verde remplace le sel de céleri et un Gin de Sardaigne la vodka. Le tout saupoudré de parmesan vieux rapé. On a un peu l’impression de boire une pizza liquide, mais c’est plutôt rigolo.
Plein d’autres très bons breuvages à tester, avec un vrai cocktail-show à chaque commande.
Les prix ne sont pas donnés (entre 10 et 15€ le cocktail), mais ça permet de ressortir en marchant encore droit !

Animated GIF - Find & Share on GIPHY

Sur ce, je vais me cuisiner un bon plat de pâtes, car écrire cet article m’a mise en appétit !
Et vous, quelle cuisine du monde vous fait fondre ?

2 thoughts on “Venise 100% foodies”

  1. Bravo Jenny pour ce reportage si exhaustif sur Venise. Tu as l’art et la manière de voir ce qui fait tout l’intérêt d’une destination et tu nous fais partager tes expériences avec talent, tant sur le fond que sur la forme. Cette dernière partie sur la gastronomie vénitienne nous met l’eau à la bouche et on n’a qu’une envie : y retourner bien vite. On attend avec impatience ton prochain voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *